La justice réparatrice n'est-elle pas une démarche trop légère pour l'offenseur?

Le fait de rencontrer la victime et les victimes secondaires est exigeant pour le contrevenant. Il doit leur faire face, écouter leurs souffrances et entendre les torts qu'il a causés. La réparation qui suit la démarche implique souvent beaucoup plus que de subir une suspension à l'école ou une peine de prison.

 

Qu'est-ce que vous répondez à ceux qui disent que la justice réparatrice met trop l'accent sur le pardon et la réconciliation?

Le pardon et la réconciliation n'est pas l'objectif visé par la démarche. La justice réparatrice vise à ce que l'offenseur prenne la responsabilité de ses actes et répare la faute qu'il a commise. Pour la victime, la justice réparatrice lui donne un droit de parole et la possibilité d'obtenir réparation. Dans la médiation, le contrevenant est amené à offrir ses excuses. Il reconnaît par cette parole, qu'il a commis un tort. Il peut aussi demander pardon. Bien que l'effet libérateur du pardon soit sans équivoque, nous croyons que l'accueil de cette demande ne regarde que la victime en lien avec son cheminement personnel.

 

Pourquoi les écoles secondaires et le milieu de la justice pénale accepteraient la philosophie de la justice réparatrice?

La justice réparatrice soutient davantage les besoins des victimes en leur offrant un droit de parole et en leur permettant d'obtenir réparation. Les études démontrent un plus grand sentiment de justice des partis impliqués lorsqu'ils ont bénéficié de la justice réparatrice, Bonta et al., (2002), Shapland et al., (2007), Sherman et Strang, (2007). Enfin, des études sérieuses tendent à démonter une baisse de la récidive chez un offenseur qui reconnaît sa responsabilité et qui accepte le processus de justice réparatrice, Latimer, Dowden et Muise (2005), Nugent, Williams et Umbreit (2003), Sherman et Strang (2007), Shapland et al. (2008), Robinson et Shapland 2008).

 

N'y a-t-il pas dans cette démarche un danger de revictimiser?

Le processus de préparation menant à une médiation est rigoureux. Chaque personne est rencontrée individuellement afin d'évaluer si la médiation sera bénéfique pour les parties. Un préalable essentiel est que l'offenseur reconnaisse sa responsabilité et qu'il désire s'amender. La démarche est volontaire et les personnes impliquées peuvent se retirer à tout moment.

Contactez-nous!

Option Justice Réparatrice

info@optionjusticereparatrice.org

Téléphone: 418 847-6870

Print Print | Sitemap
© Option Justice Réparatrice